« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

lundi 19 juillet 2010

Bibliophilie et Sciences: Chevreul et les couleurs

Amis Bibliophiles bonsoir,

Je prépare toujours mon message sur le vade-mecum du bibliophile (enfin, résumé), et Bernard vous propose ce soir un article sur Chevreul et les Couleurs.

Les sciences conservent. Michel Eugène Chevreul (1786-1889), vécu 103 ans. Son centenaire a été commémoré en 1886. A l’occasion une médaille a été exécutée par Roty. Le corps de la médaille représente Chevreul vieux assis dans un fauteuil, une plume à la main, devant lui la déesse de la Science et inscrit tout autour « La jeunesse française au doyen des étudiants ».
Chevreul, alors directeur des teintureries à la manufacture des Gobelins, se penche sur la théorie des couleurs. Il divise les couleurs en deux groupes: les couleurs primaires, bleu, jaune, rouge (aujourd’hui : bleu, vert, rouge), et les couleurs secondaires obtenues par mélange de deux primaires. Il découvre que chaque couleur tend à colorer de sa couleur complémentaire les couleurs avoisinantes, c'est la loi du contraste simultané et la constitution du cercle chromatique. « Tous les phénomènes que j’ai observés dépendent d’une loi très simple, qui, dans le sens le plus général, peut être énoncée en ces termes : dans le cas ou l’œil voit en même temps deux couleurs contiguës, il les voit les plus dissemblables possibles, quant à leur composition optique et quant à la hauteur de leur ton… or deux couleurs juxtaposées o et p diffèreront le plus possible l’une de l’autre, quand la complémentaire de o s’ajoutera à p et la complémentaire de p s’ajoutera à o… ». Il publie ses idées dans un ouvrage, objet de huit leçons publiques, faites aux Gobelins dans le courant de janvier 1836 et DE LA LOI DU CONTRASTE SIMULTANÉ DES COULEURS ET DE L’ASSORTIMENT
Paris, Pitois Levrault. 1839.1 volume in-8 ; XV, 735 pp, 2 pl – Atlas de 40 pl.
Son titre complet est : De la loi du contraste simultané des couleurs et de l'assortiment des objets colorés, considéré d'après cette loi dans ses rapports avec la peinture, les tapisseries des Gobelins, les tapisseries de Beauvais pour meubles, les tapis, la mosaïque, les vitraux colorés, l'impression des étoffes, l'imprimerie, l'enluminure, la décoration des édifices, l'habilement et l'horticulture. Cet ouvrage eut une influence considérable sur l'évolution de la peinture. Se référant à Chevreul, les Impressionnistes éviteront les mélanges sur la palette, et préfèreront poser directement sur la toile de petites touches de teintes primaires ou secondaires, enconfiant à l’œil le soin de reconstituer les couleurs intermédiaires. Ces pratiques seront utilisées de façon plus systématique encore par Seurat et les néo-impressionnistes, comme le reconnaîtra Signac dans son livre D'Eugène Delacroix au Néo-Impressionnisme (1899).

Une luxueuse seconde édition, revue par le fils de Chevreul, a paru aux frais de l’état, à l’occasion du centenaire de la révolution, cinquante ans après l’édition originale.

Paris, Imprimerie Nationale. 1889.1 volume grand in-4 ; (8), XVI, 571 pp, 49 pl, 2 tableaux.


En complément de la Loi du contraste simultané des couleurs, Chevreul publie dans le tome 33 des Mémoires de l'Académie des sciences son plus rare ouvrage :

EXPOSÉ D’UN MOYEN DE DÉFINIR ET DE NOMMER LES COULEURS D’APRÈS
UNE MÉTHODE PRÉCISE ET EXPÉRIMENTALE.
Paris, F. Didot. 1861.1 volume in-4 ; (6), LXXIII pp, pp [1] à 944 - Atlas in folio : [2], 1 pl avec partie mobile, 14 pl colorées.


Il publie également dans les mêmes Mémoires :
COMPLÉMENTS DES ÉTUDES SUR LA VISION DES COULEURS (1879, tome 41).

MÉMOIRE SUR LA VISION DES COULEURS MATÉRIELLES EN MOUVEMENT DE ROTATION (1883, tome 42).

Sur son blog, Bertrand demandait un jour si les bibliophiles élargissaient leur domaine par des objets ayant plus ou moins de rapport avec ce domaine. Vous avez vu une médaille ; voici le faire part de décès de Chevreul « décédé à Paris le 9 Avril 1889 dans sa 103ème année. »

Merci Bernard,
H

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci Bernard de maintenir en éveil notre attention scientifique malgré la molle période des vacances, pourtant bien propice aux couleurs vives.

René de BlC

Benoît a dit…

Chers amis bibliophilies, bonjour, juste un petit mot pour vous signaler que la librairie LACF (site www.livres-anciens.com), qui ferme malheureusement ses portes très bientôt, brade son stock à -50%. Je n'ai pas d'actions chez eux ni ne les connaît. Aidons les à fermer dans de bonnes conditions (si l'on peut dire), tout en faisant des affaires... Courage à eux, espérant que la raison de la cessation d'activité ne soit pas aussi triste que parfois... De beaux exemplaires en tout cas...

Michel a dit…

C'est une blague Benoît? Avez-vous cliqué?
Michel

Anonyme a dit…

En effet, aucun intérêt.... aucun livre ancien.
J

Bernard Vassor a dit…

Merci pour votre superbe article. Un e petite rectification touefois, bien avant Chevreul, un anglais du nom de Pierrepoint-Greaves inventa différents procédés pour produire des couleurs très variées sur ducoton, que l'art de la teinture n'avait pas résolu et qui semblait à l'époque impossible. Il voulait produire des matières textiles propres à la fabrication de tapis d'ornement, de brocards, d'ouvrages à l'aiguille etc..Il se procura du coton laineux fit battre purifier puis teindre dans les couleurs primaires. Puis, comme un peintre pointilliste, il prit des fils couleurs opposées jusqu'à l'obtention de la teinte désirée. Il pouvait les éclaircir ou foncer à volonté par addition de couleurs jaune pâle ou même blanche car le blanc et le noir se marient aussi bien avec les autres couleurs prismatiques tout comme sur la palette d'un peintre les couleurs naturelles et les oxydes métalliques. Une fois que le coton est amené à la teinte désirée, il est ouvert, cardé, étiré, doublé, filé et tordu comme un fil ordinaire. L'histoire n'a hélas pas retenu son nom. Les seuls Pierrepoint célèbres sont la dynastie des bourreaux anglais, les collègues des sympathiques Sanson ou Deibler.
Cordialement
Bernard Vassor

Bernard a dit…

Merci à Bernard Vassor. Je n'avais jamais entendu parlé de Pierrepoint-Greaves. Je vais me documenter. Je pense que chevreul utilisait des fils monocolores et que l'effet de renforcement d'une couleur par le voisinage de sa complémentaire se faisait lors du tissage uniquement.
Pour les lecteurs néophytes, une expérience simple: posez sur une feuille blanche un objet bleu, fixez le pendant quelques secondes: vous le verrez auréolé de jaune et si vous l'enlevez vous verrez son image jaune sur la feuille. Faites la même chose avec un objet jaune, vous observerez sa couleur complémentaire bleu. Posez, l'un contre l'autre de manière jointive, deux objets bleu et jaune, fixez les: vous verrez leur couleur renforcée. On peut faire les mêmes observations pour tous les couples de couleurs complémentaires.
Bernard

Pierre a dit…

Lumineux ! Comme d'habitude... Pierre

Benoît a dit…

Ce n'est pas une blague, mais une coquille ! La bonne url est donc : www.livres-anciens.com.fr. Attention le ".fr" fait toute la différence... Désolé. Presque tous les bons exemplaires sont vendus, mais il reste des choses dignes d'intérêt...

Daniel a dit…

Il ne reste rien..... les quelques bons livres sont partis, peut-être qu'avec la bonne adresse internet c'eut été une info intéressante.
Mais là, le train a quitté la gare il y a quelques jours.
Daniel

Benoît a dit…

je suis désolé... J'avais cité "LACF", vous auriez pu être un peu plus curieux peut être, étant donné que le premier lien était bien sûr improbable... Enfin, tant pis, toutes mes excuses !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...