« Après le plaisir de posséder des livres, il n'en est guère de plus doux que celui d'en parler. » Charles Nodier
"On devient bibliophile sur le champ de bataille, au feu des achats, au contact journalier des bibliophiles, des libraires et des livres."
Henri Beraldi, 1897.

frise2

frise2

samedi 25 février 2012

La bibliothèque du château de Chantilly répond avec élégance à l’exposition “Gaston Fébus prince Soleil" du Musée de Cluny

Amis Bibliophiles bonjour,

La bibliothèque du château de Chantilly répond avec élégance à l’exposition “Gaston Fébus prince Soleil" du Musée de Cluny.  
À travers sa présentation  “Gaston Fébus à Chantilly”, elle offre, pour peu de temps, dans le cabinet des livres un panorama “du livre de chasse dans les collections du duc d’Aumale”. Un vingtaine d’ouvrages précieux de ce bibliophile grand amateur de vénerie sont exposés. 

Gaston Fébus, "Le livre de la chasse",  manuscrit XVe
Tout d’abord l’exemplaire du  “livre de la chasse” de Gaston Fébus, manuscrit enluminé  riche de 85 miniatures sur parchemin aux armes de Bourbon-Condé. 

"Le Livre du roi Modus et de la reine Ratio" 
ex libris du duc Jean de Berry
Auparavant, bien sûr, nous nous attarderons sur les ouvrages des précurseurs Henri de Ferrières “le livre du roi Modus et de la reine Ratio” manuscrit du XIVe siècle de Robert de Lorris acquis par Aumale à la vente Pichon, et Gace de la Buigne “les déduits de la chasse” en particulier dans un modeste mais précieux exemplaire sur papier peut-être de la main de l’auteur et pourvu de l’ex-libris manuscrit du duc Jean de Berry, l’inoubliable bibliophile des “Très Riches Heures”. 

Guillaume Tardif,"Art de la fauconnerie et déduyt des chiens de chasse", Jean II Trepperel, circa 1530. 
Quelques manuscrits plus loin, mais comment passer sous silence ce “Livre de Fauconnerie”  de Jean de Franchières enluminé, acquis à la vente Yéméniz, voici les éditions incunables et gothiques de Jacques du Fouilloux, Gaston Fébus ou Guillaume Tardif.  L’occasion de découvrir une ravissante édition Trepperel, si rare dont Chantilly est si riche. L’exposition se ferme sur les traités XVIIIe de vénerie et la fanfare (air pour trompe de chasse), “la Chantilly”. 

Lauverjat

4 commentaires:

Hugues a dit…

Superbe. J'avais un magnifique exemplaire du Franchières, ouvrage de Fauconnerie bien connu. Je l'ai vendu. Il me manque :)
Hugues

Anonyme a dit…

Superbe bibliothèque évidemment!
Un des rares lieux où l'on peut se promener à 2 cm des livres juste protégées par des portes vitrées.
Quand on lit les titres et quand on voit les reliures remarquables(Boyet, Derome, Padeloup...), ça donne un peu le vertige!

Wolfi

Olivier a dit…

La crème de la crème... (pas pu m'empêcher).
Blague à part, c'est dans mon almanach des voyages bibliophiliques à faire (dès que j'aurais un peu de temps...).
Merci Lauverjat,
Olivier

Textor a dit…

Magnifique !
Gaston Fébus, le bibliophile qui écrivait lui-même ses livres.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...